En 1891, Armand PEUGEOT se lance dans l'Aventure de l'Automobile avec le pressentiment que la voiture allait se développer avec le moteur à pétrole. Au début de l'ère de l'Automobile, il y a des génies de la mécanique (forgeron, mécanicien...) qui innovent en apportant des solutions techniques pour améliorer les performances des premières automobiles.

Peugeot

Le modèle Type 172 Torpédo est engagé en compétition automobile en 1925. En remporte un certain nombre de récompense, en particulier, la Coupe des Alpes qui se déroulait sur presque 3.000 km. En 1926, elle est produite à 17.000 exemplaires. Son moteur est un quatre cylindre en ligne. Son poids est d'environ 400 kg. Sa vitesse de pointe est de 60 km/h.

 

En 1810, Jean Frédéric et Jean Pierre Peugeot se lancent dans la sidérurgie pour produire des aciers par laminage à froid pour l'industrie horlogère de Franche Comté. En 1841, l'entreprise familiale se diversifie dans les outillages à main et dans les moulins à café et des moulins de table.

 

En 1886, Eugène et Armand Peugeot se lance dans la production de bicyclettes et en 1899 dans les motocyclettes.

En 1889, Armand Peugeot crée un tricycle à vapeur et il prend conscience que l'avenir est au moteur à pétrole. Il est contacté par Emile Levassor pour produire des voitures. Ce projet industriel rencontre une hostilité de la part de son cousin Eugène Peugeot. En 1896, Armand Peugeot crée la Société des Automobiles Peugeot. Le succès commercial lui permet de faire construire une nouvelle usine à Audincourt.

En 1910, les héritiers d'Eugène Peugeot s’associent avec Armand Peugeot pour constituer la nouvelle société "Société anonyme des Automobiles et Cycles Peugeot". A l'aube de la 1ère guerre mondiale, le constructeur Peugeot produit environ 10.000 véhicules/an dans ses différents sites industriels. En 1926, la direction du groupe décide de séparer les activités de la production automobile de la production de cycle pour faire face à des difficultés financières.

 

Les modèles

Le modèle 201 va marquer l'ère de la production en série sur le principe du fordisme chez Peugeot. En Europe, les industriels visionnaires vont comprendre le tournant historique du mode de production. Il est impératif de s'adapter et de construire de nouvelles usines où le travail à la chaîne va cadencer la production.

En 1924, Peugeot organise un référendum dans sa revue "Peugeot revue" pour cerner les besoins de la clientèle. Il en ressort ce cahier des charges "une voiture de 6 CH de 4 places à 4 cylindres rapide à un prix de revient très serré."

Ce projet va mobiliser 350 ingénieurs et techniciens avec un budget de fonctionnement de 25 millions de francs.

L'exigence de produire une voiture à un bas coût de revient oblige le bureau d'études à faire différents choix technologiques adaptés à la production sur une chaîne de production. Pour l'époque, le délai de développement - production a été de 18 mois, un exploit pour l'époque. La direction de la production tablait sur une production 350 voitures /jour vers 1930. Le temps de fabrication et d'assemblage était d'environ 500 heures.

Le succès commercial de la 201 va permettre au constructeur de se développer et de devenir l'un des leaders français de l'industrie automobile. En 1930, il est produit + 43.000 véhicules.

Malgré la rentabilité excellente dégagée par la vente de ce modèle, le crise de 1929 s'exporte en Europe. Le nombre des commandes baisse régulièrement. Le constructeur va demander l'aide financière de ses Agents en exigeant le paiement par avance des véhicules en dépôt dans leur garage ainsi qu'une avance sur les prochaines commandes.

Au total, il a été produit 142.309 de différentes versions de la 201. Au salon de l'Automobile de 1933, Peugeot lance son modèle 301.

Le cadre est magnifique, il a été recréé l'ambiance art déco pour mettre en valeur chaque modèle. Cette présentation fait plonger le visiteur dans cette époque. La reconstitution des différents univers de la ménagère, de l'atelier pour réparer l'automobile, les affiches publicitaires, ... les luminaires, les vitraux, les photos des anciens ateliers de montage ... est une excellente idée.

 

En 1938, il est lancé le modèle 202 pour concurrencer le modèle Juvaquatre du constructeur Renault. Elle peut atteindre la vitesse de 100 km/h avec une propulsion arrière. Son poids est de 900 kg. Le moteur est situé à l'avant, c'est un quatre cylindres en ligne de 30 CH.

Ce modèle a été construit à + 100.000 exemplaires.

 

Le préparateur automobile Darl'Mat a conçu ce roadster sur la base de la 402 Peugeot. Elle a couru aux 24 Heures du Mans où elle a fini 5e en 1938. Elle dépassait les 200 km/h en vitesse de pointe.

 

Le modèle 301 vient compléter la gamme par rapport à la 201. En élargissant son offre, le constructeur veut répondre aux besoins multiples de la clientèle. Ce modèle a été produit jusqu'en 1936. La grande nouveauté sur ce modèle est l'amélioration du confort avec l'introduction de suspension à l'avant sur les roues indépendantes.

Il a été produit environ 70.000 véhicules de différentes versions.

 

Au niveau pédagogique, cette reconstitution est très intéressante. Elle montre que les anciennes voitures étaient assemblées à partir d'un châssis métallique et d'une structure de la carrosserie en bois.

 

On aperçoit le mécanisme du lève-vitre.

 

Le Garage

La reconstitution d'un garage des années 20 est une vraie réussite. Elle permet au visiteurs de découvrir l'équipement d'un atelier de réparation automobile. A cette époque, la réparation était réalisée par le mécanicien. Il avait un atelier de mécanique générale avec un tour et une perceuse. Le tour permettait de réaliser les pièces cylindriques comme une poulie, un axe ou rectifier un tambour de frein.

 

On aperçoit une ancienne chandelle pour soutenir le berceau, un antique téléphone, un outillage à main de l'époque, ...

 

Aujourd'hui, peu de garage font de la réparation à l’ancienne avec la fabrication de pièces mécaniques. On retrouve cet esprit dans les ateliers qui travaillent pour les véhicules anciens et de collection.

 

La Compétition

La compétition automobile est abordée en 1932 avec le modèle 201 au rallye de Monté Carlo. Au cours des années 50, la 203, et 403 remportent des courses comme le rallye des 1000 lacs en Finlande. La 504 remporte plusieurs rallyes au Moyen Orient et en Afrique. En 1985, la 205 turbo s'impose dans le championnat du monde des rallyes.

 

En 2013, le Nonuple champion du monde des rallyes WRC, Sébastien Loeb s'élance dans la mythique course de côte de Pikes Peak International Hill Climb au Etats-Unis avec la 208 T16 Pikes Peak. Il établi un nouveau record avec une ascension en 9 mn 13 s.

 

En endurance, en 1938, la 402 remporte les 24 heures du Mans dans sa catégorie. En 1992 et 1993, la 905 gagne les 24 heures du Mans. Depuis la 908 s'impose comme un challenger. Depuis 2012, le groupe Peugeot a arrêté la compétition automobile d'endurance.

 

On peut découvrir les principaux modèles sportifs, on est assez impressionné du lieu.

 

Pratique

La Brasserie est située dans le musée, elle est ouverte tous les jours de 12h à 14h30. Le menu du jour est à 9.90 €. Le service est assez rapide et on mange correctement.

 

Au niveau de la boutique, les prix sont très élevés.

Musée de l’Aventure Peugeot
Carrefour de l’Europe
25600 Sochaux

Tél: 03.81.99.42.03

Horaires: 10h - 18h

Tarifs: 8.50 € adulte 4.50 € enfant (7 à 18 ans) Famille 21.50 € (2 adultes  + 2 enfants)

Visite Usine + Musée: 18 € adulte 12 € enfant

Il n'y a pas de visite d'usine pendant les congés d'août et de noël

 

Lu 6528 fois
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Dernière modification le lundi, 11 juin 2018 16:54
Template Settings

Color

For each color, the params below will give default values
Black Blue Brow Green Cyan

Body

Background Color
Text Color
Layout Style
Select menu
Google Font
Body Font-size
Body Font-family